Lifestyle in Normandy
Chers visiteurs,

Notre boutique "L'Embellie" est fermée depuis début janvier 2014.

Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à moi, dans un nouveau pays, avec de nouveaux projets..
Voilà pourquoi, ce blog qui dormait, renaît et change de nom!
Via "Bricoles & Girandoles", je vais vous faire partager mon art de vivre ici en Normandie : art de la table, recettes, trucs maison, bricolages mais aussi mes découvertes, mes passions... et, comme la chine, la restauration de meubles, la customisation, la création, font partie intégrante de mon être, quelques objets seront mis aussi en vente.

Cordialement.
Joëlle.

25/10/2011

Mystère et Boul(l)e de gomme

Savez vous que les meubles "Boulle" 
étaient souvent vendus par paire
mais en faux jumeaux :
un yin, un yang :
mystère?
Pour en savoir plus, voir en bas...

Dans le cadre de la marqueterie,nous,
nous vous proposons
un meuble en marqueterie simple:


Meuble en marquetereie
à hauteur d'appui
en ronce de noyer.
Dessus en marbre vert,

tiroir chantourné ,
ouvrant à une porte galbée
à cartouche en bronze,
et côtés galbés.
Chutes en bronzes
(vendu).
Superbe miroir ancien
travaillé style "glace de Venise" (vendu).
Protège théière (vendu),
jardinière en bronze, carafe,
vase style "Legras" (vendu),
assiette en verre et or (vendue).

Détails des ornements en bronze
et de la marqueterie.


Pièce en bronze non polie :
arrêtes du moulage présentes (vendue).

Vase style "Legras" (vendu),
carafe de cave à liqueurs ,
décor floral or (vendue),
et coupelle en verre, entrelacs or (vendue).



La marqueterie Boulle ; le mystère dévoilé : 



La marqueterie Boulle


André Charles Boulle
(Paris,1642-1732),
reçu maître ébéniste en 1664
était également fondeur, dessinateur, sculpteur.
Il put cumuler ses différents talents sans devoir répondre
aux règlements corporatistes grâce à son titre de
"Premier ébéniste du Roi".
Ses ateliers se trouvaient au Louvre.
La marqueterie "Boulle", 
n’est pas une invention de celui-ci.
 En effet, les artisans Hollandais utilisaient déjà cette technique depuis le deuxième quart du XVIIème siècle.

Meuble André-Charles Boulle.
Marqueterie première partie de laiton sur fond d’écaille de tortue.
Placage d’amarante, d’ébène, de bois de violette.
Bronze doré. Bâti de chêne et de sapin. dessus de marbre d’Antin 
 Saint-Pétersbourg, musée d’État de l’Ermitage

La marqueterie "Boulle" ou la Tarsia a incastro
est une superposition de décors d’écaille et de laiton découpés ensemble à la scie,
 le résultat étant que l’on obtenait deux fonds
et deux décors à plaquer qui se définissent ainsi :
en "première partie" :
fond d’écaille avec ornementation de laiton et
en "contrepartie" :
fond de laiton avec ornementation d’écaille,
ce qui permettait de réaliser les meubles par paires.


Au lieu d’être incrustées, ces marqueteries étaient assemblées à l’envers sur un support papier et étaient ensuite collées
-à la colle d’os- sur le bâti du meuble préalablement préparé.
Ce décor une fois collé, on enlevait ce papier afin
de pouvoir polir le meuble.
L’écaille, de forme bombée, était chauffée au feu ou
à l’eau bouillante afin de la rendre malléable et
de lui donner la forme désirée.
Après refroidissement , elle retrouvait sa dureté originelle.
Le décor appliqué sur le laiton était gravé au burin.
Parfois, des motifs en ivoire, corne ou nacre étaient utilisés en marqueterie sur le fond d’écaille.
La marqueterie Boulle se caractérise par le vide qui existe entre les éléments et qui correspond à la largeur de la lame
 et par le fait que le motif ne comporte pas d'angles aigus.


Les grands ornemanistes de l’époque fournirent des dessins de décors destinés a être réaliser sur les meubles "Boulle",
tel le célèbre ornemaniste Jean Ier Bérain (1640-1711).

Décor à la "Bérain".

 D’autres ateliers d’ébénistes contemporains d’ A.C.Boulle copièrent les œuvres sorties de son atelier.

L’Angleterre  possède de très beaux meubles d’A-C Boulle, arrivés suite aux tristes actions de la "bande noire"
sous la Révolution.

L’atelier très productif d’André Charles Boulle
fut détruit suite à un incendie en 1720.
Ses quatre fils continuèrent son œuvre
sans avoir l’esprit inventif de leur père.
Ils délaissèrent la fabrication de ce type
de marqueterie, passée de mode, et celle-ci tomba
en désuétude durant une cinquantaine d’années.

 A la fin du XIXème siècle, sous l’époque Napoléon III,
ce style revint à la mode et ainsi qu'en Angleterre,
sous Victoria, et dans les pays ouest-européens.
La production de ce type de meubles devint quasiment industrielle et l’on retrouvait un meuble "Boulle"
dans presque tous les intérieurs bourgeois.

      
Aujourd'hui,  ce terme "marqueterie Boulle"
est devenu un terme générique
pour désigner un travail de découpe dans
un ensemble de placages superposés en paquet.
On obtient, lors du montage,
le plaquage clair qui s'incruste dans le bois foncé
et vice-versa.




Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...