Lifestyle in Normandy
Chers visiteurs,

Notre boutique "L'Embellie" est fermée depuis début janvier 2014.

Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à moi, dans un nouveau pays, avec de nouveaux projets..
Voilà pourquoi, ce blog qui dormait, renaît et change de nom!
Via "Bricoles & Girandoles", je vais vous faire partager mon art de vivre ici en Normandie : art de la table, recettes, trucs maison, bricolages mais aussi mes découvertes, mes passions... et, comme la chine, la restauration de meubles, la customisation, la création, font partie intégrante de mon être, quelques objets seront mis aussi en vente.

Cordialement.
Joëlle.

03/05/2012

Curiosités : un bien joli défaut!


 
Source Photo : "Inspiration brocante"
Éditions Fleurus.

Apparus au XVIème siècle, à la Renaissance en Europe,
les cabinets de curiosités (studiolo italien)
sont l'ancêtre des musées.

Détail du "Studiolo d'Urbino" :
Ce cabinet particulier est une pièce fermée, de 3,60 m x 3,35,
 entièrement recouverte de marqueterie de bois,
œuvre entièrement en trompe-l'œil et en représentation perspective,
qui expose les visions humanistes du duc,
les activités et les savoirs abordés par le prince : livres, sphère armillaire,
galerie de 28 portraits des hommes illustres .


A cette époque, il était normal qu'à l'issue
de grands voyages d'exploration et avec
l'essor des sciences, que l'on rassemble 
des objets hétéroclites, rares ou étrangers,
issus des règnes animal,
végétal et minéral ou créés par l'homme
dans des cabinets de curiosités.


Marquant ainsi la volonté de recréer la totalité
du monde en un lieu, la recherche d'exotisme,
de raretés, voire de chimères,
mettant les découvertes humaines à l'avant et
la place de l'homme dans la nature,
ces accumulations d'objets oscillaient alors
entre l'affirmation de la toute puissance de l'homme,
de sa vanité et sa soif de connaissance :
 préceptes de la Renaissance.

Cabinet d'un particulier,
Frans II Francken, 1625,
Kunsthistorisches Museum, Vienne

On collectait alors des crânes, ossements, coquillages,
coraux, reptiles, objets d'ivoire, fragments antiques, mappemondes, taxidermies, aberrations de la nature,
espèces inconnues
conservées dans des bocaux de formol ou d'alcool...


A la découverte du Nouveau Monde,
des amateurs érudits et passionnés ont rassemblé
des curiosités plus exotiques encore,
rapportées par des explorateurs et voyageurs.
Les collections d'insectes ou herbiers en provenance
de pays lointains, et plus tard, des colonies,
ont rencontrés un grand succès.
Souvent, ces trésors étaient rassemblés
dans une pièce à part entière, parfois secrète.


Ils ont joué un rôle fondamental dans l'essor
de la science moderne même s'ils gardaient les traces
des croyances populaires de l'époque
(il n'était pas rare d'y trouver du sang de dragon séché
ou des squelettes d'animaux mythiques...).
L'édition de catalogues qui en faisaient l'inventaire,
souvent illustré, permettait d'en diffuser le contenu
auprès des savants Européens.


Cette tradition s'est perpétuée :
témoin de sa curiosité, de son savoir et de son rang.
Classées, ordonnées, organisées,
les collections de ces « chambres des merveilles »
ont finalement été regroupées par discipline pour donner,
au siècle des Lumières, naissance aux musées,
puis, ont disparu durant le XIXe siècle,
remplacées par des institutions officielles
et les collections privées. 

Musée Buffon à Montbard.

Aujourd'hui, ils sont devenus un courant décoratif pur!

Collection privée.

Ce style qui séduit enfin les hommes,
peut-être parce qu'il évoque l'exploration,
le monde des livres de l'enfance, des trésors cachés...
trouve sa place dans/sur un bureau, bibliothèque.
Murs sombres ou intérieurs des meubles foncés
sont le mieux pour exposer vos objets.


Afin de les mettre en valeur,
mettez les sous globes, cloches en verre, bocaux...

Collection privée.
 
Mais c'est surtout l'éclairage qui fera la différence :
théâtralisez vos décors en mettant en lumière
vos pièces maîtresses et en laissant
d'autres parties dans l'ombre pour plus de mystère...

Vue d'exposition OCEANOMANIA,
au Musée océanographique de Monaco.
 
A vous de créer le votre en associant dans vos étagères
vos trouvailles, transformations, créations, collections, objets inhabituels, livres anciens, objets religieux...
en vous laissant guider par votre inspiration :
le mélange des thématiques,
tout l'esprit "cabinet de curiosités"!


Collection privée.


Des livres :

Voici de quoi apprendre encore
un peu plus sur ce sujet,
découvrir des ambiances extraordinaires
et de s'amuser :


"Cabinets de curiosités : la passion de la collection"
par Christine Davenne,
Éditions : De la Martinière.

Ce livre présente l'histoire du cabinet de curiosités,
depuis sa création jusqu'à nos jours,
et reprend les différents thèmes
auxquels appartiennent ces curiosités.

*


" Collections Mes cabinets de curiosité"
par Edith Garrault
         Éditions : Le Temps Apprivoisé.
             
Un livre très complet pour s'amuser à créer son propre cabinet :
15 idées de cabinets de curiosité expliqués dans le détail.
Tous les thèmes sont abordés : les œufs, les minéraux, les graines,
les souvenirs de famille, les vanités, l’ethnique, les clés, la mer…


*


"Cabinets de curiosité"
par Patrick Mauriès.
Éditions : Gallimard.

Étudier les cabinets de curiosité revient à entrer par effraction
dans l'imaginaire européen du XVIe et XVIIe siècles.
 C'est justement ce que nous fait découvrir Patrick Mauriès
grâce à un texte d'une grande pertinence.
La deuxième partie de son ouvrage démontre
comment et pourquoi les cabinets de curiosité
sont soudain revenus à la mode,
notamment sous l'impulsion des surréalistes,
hommes fascinés par les collages visuels
et par toute évocation du merveilleux.
  Là encore, l'auteur réussit l'exploit de rassembler
plusieurs photographies rares  de ces mises en scène hétérogènes.
 La fin de ce livre permet aussi de saisir comment
depuis quelques années, les cabinets de curiosités
sont devenus la nouvelle grande tendance de la décoration.

*


"Le cabinet des curiosités naturelles"
d'Albertus Seba.
Éditions Taschen

Un recueil de planches coloriées datant de 1734 à 1765 :
de quoi mettre sous verre et agrémenter ses étagères...


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...