Lifestyle in Normandy
Chers visiteurs,

Notre boutique "L'Embellie" est fermée depuis début janvier 2014.

Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à moi, dans un nouveau pays, avec de nouveaux projets..
Voilà pourquoi, ce blog qui dormait, renaît et change de nom!
Via "Bricoles & Girandoles", je vais vous faire partager mon art de vivre ici en Normandie : art de la table, recettes, trucs maison, bricolages mais aussi mes découvertes, mes passions... et, comme la chine, la restauration de meubles, la customisation, la création, font partie intégrante de mon être, quelques objets seront mis aussi en vente.

Cordialement.
Joëlle.

29/11/2012

Faire des boules de Noël en récup

C'est parti! 
Guirlandes, loupiotes, sapins
commencent à montrer leurs bouts du nez
dans les boutiques, les rues, les marchés...
Les fêtes approchent!
Voici une idée récup toute simple
pour amuser petits et grands, un week-end pluvieux :

des boules de Noël en papier



Il vous faut :  
- des perforatrices de différents diamètres
(on en trouve dans les magasins de loisirs créatifs)


ou à défaut, des gabarits en carton réalisés au compas
- des ciseaux pour papier
- des différents papiers
(de récup comme les publicités, journaux,
 emballages cadeaux, anciennes cartes de voeux, etc...)

 

- colle pour papier
- cordelette, raphia, ruban de velours etc...
pour attacher vos boules
-pinces à linge
- perles

Marche à suivre :
- Découpez les cercles dans différents papiers.
- Les pliez en deux.


- Collez chaque demi-face avec 
une autre d'une autre disque.
- Continuez ainsi pour obtenir le volume.
- Préparez la cordelette en nouant ensemble un bout
de ficelle, de ruban, de raphia selon vos envies,  
et y glisser une ou plusieurs perles.
- Avant de coller les dernières demi-faces ensemble,
passer la cordelette au centre,
en le faisant dépasser la perle
à la base, ce qui retiendra la boule.
- Coller les 2 dernières faces ensemble,
maintenir avec des  pinces à linge le temps du séchage.


 Amusez vous avec les couleurs, motifs des papiers. 
Faites en des guirlandes, des couronnes...


Jouez sur les formes, pampilles, gouttes ...

C'est tout simple!
 Merci Sylvie pour cette brillante idée

23/11/2012

"Une étude en rouge"

est le premier livre où l'on voit apparaître,
 sous la plume de Sir Arthur Conan Doyle,
en 1887, le célèbre détective à la pipe :
Sherlock holmes.


Notre nouvelle vitrine
(avant celle de Noël),
lui rend hommage :





Rouge comme le titre du livre ou un Chesterfield...

Chesterfield en cuir 2 places. (vendu)

Profil du héros, tweed et satin :
profusion de coussins
(Créations de l'Embellie)
pour une ambiance so English!

De gauche à droite : coussin tweed/fourrure/daim
- modèle unique : création de l'Embellie (vendu) -
écossais et effigie du "private detective",
devant : 
coussin rond en lin et satin brodé ( ancien couvre-théière)
- modèle unique : création de l'Embellie -

Au dessus des coussins :
 taxidermie de cane.

Recto du coussin Sherlock : motifs de pipes.


Et pour mettre en lumière tout cela,
une lampe -Création de l'Embellie- (vendue)
montée sur un vieux chauffage d'appoint...

Horloge murale à 3 cadrans  (neuf), (vendue).
Bonnet hibou : création de l'Embellie(vendu).
Lampe d'appoint  : création de l'Embellie (vendue).

(vendue).


"Élémentaire mon cher Watson!"

Ps :  Cette phrase culte n'apparaît dans aucun des romans 
écrits par Sir Arthur Conan Doyle...
Mais on la retrouve dans le premier film parlant sur Sherlock : 
"Le retour de Sherlock" en 1929,
et c'est le fils de Sir Arthur Conan Doyle; 
Adrien qui l'immortalisera par écrit dans
"L'aventure de la veuve noire", une des nouvelles du recueil
"Les exploits de Sherlock Holmes",
écrit en collaboration avec John Dickson Carr.


21/11/2012

Meuble de toilette dit "chemin de fer"?

Je vous vois déjà en train de rêver à l'Orient Express...
Non, ce n'est point un meuble
que l'on trouvait dans les wagons des trains!
  
Mais un meuble ancien, du XIXème,
que l'on trouvait dans les chambres de familles aisées
et dont la grande particularité était que l'on pouvait :

1/ dissimuler la cuvette à eau sous le coffrage supérieur,
laissant une chambre nette, impeccable,
sans traces d'un coin "salle de bain".


2/  (Le plus incroyable pour l'époque )
Le plateau supérieur, monté sur des rails cachés
sous le marbre, coulisse vers l'avant quand on l'ouvre.
Ceci permettait d'avoir un miroir bien en retrait et penché
pour se mirer mais sans avoir à déplacer le meuble du mur
mais encore, de pouvoir se laver sans éclabousser le bois
du meuble, souvent précieux, tout en ayant aussi de l'espace.

Puis tout rentrait dans l'ordre, disparaissant une fois,
le couvercle remis en place.



Ces meubles, témoins d'une époque révolue, sont rares :
- les déménagements et transports successifs 
font souvent sortir le plateau de ses gonds
et il est impossible de le remettre sur les rails
vu que ceux-ci sont camouflés sous le marbre
qui est bien fixé...!
- Ils ont souvent souffert : marbre cassé ou fendu,
bois abîmé, miroir absent, charnières hors service...
Au dessus du meuble "Chemin de Fer",
horloge à 3 cadrans en zinc (neuve) (vendue).

Celui-ci vient de Normandie,
à l'arrière, un cachet de garde-meubles de Rouen
ajoute du charme à la pièce.

Il est en ronce de noyer, dans un état impeccable,
le premier tiroir est compartimenté en 3,
permettant à l'époque de ranger peignes,
essuies, savon etc....
Les 2 suivants sont normaux & tous ferment à clé.

 Aujourd'hui, ce beau meuble peut à nouveau servir de :
- meuble d'appoint dans un hall d'entrée :
clés, courriers, publicité disparaissant
aux yeux des convives selon vos envies.
- bar d'appoint : le plateau coulissant pouvant être garni
de verres et devenir surface de service.
- meuble desserte dans une salle à manger :
le plateau faisant office de table complémentaire,
pour les plats, fromages, desserts etc... et en dessous : 
les nappes, serviettes rangées et triées
dans les compartiments adéquats.
- bureau d'appoint : l'ordinateur disparaissant du décor quotidien, caché sous le coffrage supérieur...
Bref, ce beau meuble a encore de beaux jours devant lui
car il est fonctionnel, même s'il a perdu son rôle initial,
petit, beau, classe et intemporel! 

19/11/2012

Mariano Fortuny : une fortune de talents!

Pour mieux comprendre l'expo
voici un  aperçu de sa vie si riche en créations
qui aujourd'hui encore, sont éditées...!
 
Mariano Fortuny
 
Mariano est né en 1871 à Grenade en Espagne,
d’une famille d’artistes renommés.
Bien que s’étant révélé de bonne heure comme un peintre
de talent, il fut clair dès le début que la peinture
n’était qu’un de ses nombreux dons artistiques.
 
Jardin de la casa de Fortuny
Mariano Fortuny
 
Suite au décès imprévu de son père, en 1874,
la mère de Mariano, Doña Cecilia, emmena le jeune Fortuny
et sa soeur, Maria Luisa, à Paris.
En 1889, ils déménagèrent de nouveau, cette fois à Venise,
où Fortuny s’installera pour le restant de sa carrière.
 
Fortuny voyagea beaucoup, à la recherche d’inspiration
dans le grand art européen, grec et égyptien.
Richard Wagner, célèbre pour ses compositions musicales, mais aussi penseur profond et écrivain,
influença profondément Fortuny,
l’aidant ainsi à définir ses idéaux esthétiques :
"Tous les artistes
– du concept initial à l'exécution finale d’une idée –
doivent contrôler jusqu'aux plus petits détails
de leur processus de création et aucune discipline artistique n’est plus digne d’intérêt qu’une autre".
 
 
Une curiosité constante fît de l’ingénieux Fortuny
un artiste aussi polyédrique que prolifique.
En premier lieu peintre, puis graveur, sculpteur, photographe, architecte et inventeur...
Aujourd'hui la définition restreinte d’“artiste”
ne suffit pas à décrire Mariano Fortuny
de manière appropriée!
Il fut un véritable homme de la Renaissance,
qui produisait lui-même son papier photographique,
reliait ses livres et concevait ses lampes et ses meubles.
Il créa un des premiers interrupteurs à rhéostat,
inventa un propulsif pour bateaux et fabriqua seul ses couleurs, ses teintures, ses pinceaux et ses machines.
 
Il modernisa l’éclairage de la scène
et donna de l’impulsion au design
en équipant le Fortuny Dome,
qui appliquait ses théories sur la lumière indirecte et diffuse.
Même si elle est souvent méconnue, son influence sur la vie d’aujourd'hui n’en est pas moins incommensurable.

 
 
En 1897, à Paris, Fortuny rencontra sa muse,
Henriette Negrin. (1877-1965).
En 1902 elle déménagea dans sa maison-atelier à Venise,
au Palais Orfei. Plusieurs années plus tard, ils se marièrent.
Avec le soutien continu de Henriette, Fortuny s’épanouit.
 
En 1907, il entra dans l’industrie
de la mode en lançant
une de ses oeuvres
les plus dignes d’intérêt,
la robe Delphos,
principalement inspirée
de la sculpture grecque.
Il s’agissait d’un vêtement,
élégant et versatile,
qui semblait réaliser l’impossible:
simplicité et complexité
en même temps.
Ses vêtements révolutionnaires mettaient si bien en valeur
le corps féminin en mouvement
que des danseuses, actrices célèbres comme Isadora Duncan ou Sarah Bernhardt
les désiraient ardemment.
 
Détail d'une robe "Delphos", 1910

 Peu après, Fortuny commença à travailler sur les tissus, confectionnés encore aujourd'hui.
 
 
La production de ces tissus représenta le sommet
de ses connaissances en matière de technique, de couleur,
de design et d’art, la manifestation d’un pur génie artistique.
 
La passion de Fortuny pour les Beaux-Arts fut constante jusqu'à sa mort, dans sa maison de Venise, en mai 1949. 

Les oeuvres de son vivant sont fortement recherchées
et vendues en salle de vente à des sommes...!
Au vu de leur modernité et beauté, elles sont rééditées.
 
 




 
 

17/11/2012

Du fond du coeur,

 
pour vos voeux de longévité
pour la boutique
&
 vos adorables présents
reçus cette semaine!

Pour Christelle, Maria-Grazia!
Et puis les autres qui se reconnaîtront
mais dont je ne connais pas encore le prénom ...
 
 
 


14/11/2012

Table(au) automnal(e)

Novembre est le mois des potirons, courges, 
des noix et des noisettes...
À nous ces ingrédients automnaux
et pas que dans nos assiettes; 
mais aussi sur nos tables 
pour un joli chemin saisonnier : 


Il vous faut :

- de la toile de jute
- des pots de yaourt ou autres petits contenants
- des verres à thé marocains 
- bougies de chauffe-plat

 
- des cucurbitacées de tailles et couleurs différentes
- des choux décoratifs
- du maïs, pommes de pin...
- des graminées, lichen...
- noix, noisettes, marrons...
- brindilles de bois mises en fagot avec du raphia.
- des souvenirs personnels


Marche à suivre :

1/ Commencez par la base qui doit être neutre : 
la toile de jute est une base idéale, 
facile à obtenir, résistante et abordable.
Vous pouvez laisser les bords effilochés 
ou faire un ourlet pour un look plus soigné.
2/ Répartissez les plus gros éléments décoratifs.
 
 
3/ Formez de petits bouquets de feuilles ou graminées 
en les mettant dans des pots à yaourt remplis d'eau.

 
4/ Reliez toutes ces pièces par des plus petites en jouant 
avec les couleurs, hauteurs.
5/ Ouvrez les choux décoratifs en supprimant les feuilles 
de base et en incurvant les autres comme une rose.
 
 
5/ Remplissez les vides avec les noix, lichen etc...
 
 
6/ Personnalisez avec des éléments décoratifs
de votre choix, petits souvenirs...

 
7/ Terminez par les points de lumière 
en ponctuant votre chemin de lumignons faits
à partir de verres dorés à thé.
 
 
Et voici votre décor de table : 
 

et comme le propose Claire (fidèle  lectrice),
décor idéal pour un dîner commençant
par un bon velouté de potiron...
Bon appétit!
 
Source : Cupcakes  & Cashmere

10/11/2012

Attention!

La boutique a 2 ans !!


Durant cette semaine
(du 10 au 17 novembre), 
venez nous souhaiter un bon anniversaire,
vous recevrez une petite attention de notre part
 pour votre attention à notre boutique et au blog....

09/11/2012

Vendôme & Chantilly

Voici une ancienne boîte à biscuits de Belin
transformée en lampe :
la Place Vendôme
 entourée d'un motif de dentelle,
dentelle que l'on retrouve autour de l'abat-jour :
(Vendue).

Détails de la boîte .

Porte-courrier de style Napoléon III,
en papier maché (vendu).


 Un modèle unique, création de l'Embellie.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...